Translate

lundi 23 avril 2018

Tenkara printanier.

Depuis l'ouverture de la pêche de la truite le mois dernier la météo a été si mauvaise que je n'ai pas pu aller à la pêche une seule fois; la plupart des rivières ayant vu leurs eaux se teinter fortement. J'ai pourtant vu bon nombre de pêcheurs s'acharner sur quelques ruisseaux tout au long du mois, sûrement de ces gens qui tiennent à "rentabiliser" leur carte en garnissant leur congélateur de ces fameuses truites Findus dont on nous vante tant les mérites. Heureusement la semaine dernière nous avons vu enfin des conditions printanières s'installer.  




Enfin du bleu dans le ciel et du blanc, du rose, du jaune, du violet sur les berges! Et le raffut de la faune volante des sous-bois. Le printemps a enfin commencé! 


Je commençai à pêcher un peu en amont d'où je m'étais arrêté à l'ouverture. Un secteur intéressant, étroit et encombré où la discrétion et la précision des lancers sont impératifs pour celui qui ne veut pas passer son temps à décrocher sa kebari des branches et des ronces et qui a bien envie de faire visiter son tamo à une truite.



La précision de nos lancers est, les pêcheurs de truite le savent tous, un des facteurs les plus importants dans la réussite de la pêche de la truite à la mouche. J'en emporte très peu de kebari et si je les perds dans les arbres ou les ronces je n'ai plus rapidement qu'à faire demi-tour et rentrer chez moi.  Mon ami Adam Trahan avait d'ailleurs écrit un excellent article sur le sujet et n'oublions pas que nos kebari seront vues en mouvement par des animaux qui n'ont sûrement pas la même vue que nous. 



Je pêchai avec la même matériel qu'à l'ouverture c'est à dire une canne Nissin Kawashi 320 et une level line Oni-ryu 号2.5. Les conditions étant idéales pendant les deux matinées de ce weekend les truites répondirent favorablement à mes sollicitations.  



J'en profitai au maximum et j'étais comme toujours complètement absorbé par ma pêche et au cours de ces deux matinées je fis la même erreur et chaque matin vers 10 heures 30 je sortais de ce secteur étroit et encombré pour arriver à un endroit où le ruisseau s'élargit et ce fût la fin de ma partie de pêche. 




Je pris une dernière truite sous les branches tombantes d'un buis qui forment un abri contre la berge puis celle-ci retournée à son élément je repliai ma canne et rebroussai chemin. La température avait monté et les truites n'étaient plus aussi coopératives que celles des zones ombragées. 


Mais je ne le regrettai pas car j'avais passé deux très belles matinées de printemps. 


















lundi 2 avril 2018

Ouverture de la pêche 2018

Comme tous les ans je n'ai pas manqué le rituel de l'ouverture de la pêche de la truite bien que cette année j'ai bien cru que pour une fois j'allais le manquer car l'hiver a été particulièrement pluvieux et quelques jours avant la date fatidique l'état de bon nombre des ruisseaux de la région était vraiment mauvais, tous avaient un niveau d'eau élevé et de l'eau bien teintée. Fort heureusement nous avons été comme toute la France touchés par la vague de froid qui a provoqué l'arrêt des pluies et par conséquence logique une baisse assez rapide du niveau des eaux comme je le constatai quelques jours avant l'ouverture à l'occasion d'une promenade sur les berges du ruisseau sur lequel je fais l'ouverture tous les ans. 



Je consacrai une seule et unique soirée à préparer l'ouverture car j'avais en fait tout préparé depuis plusieurs mois; c'était donc plus une revue détaillée de mon équipement. Sachant que je ne pêcherais qu'en noyée en cette période d'ouverture je ne garnissais ma boîte que de quelques kebari à cet usage.


La plus petite n'est autre qu'une version affinée de ma fidèle Yamato kebari qui me suit partout depuis mon voyage au Japon à l'occasion duquel elle fût créée et je ne le regrette pas, bien au contraire car elle m'a fait prendre des truites partout. De l'Itoshiro au Vercors en passant par l'Ardèche et la Normandie. Fidèle au poste! La plus grande, seulement un peu plus grande, est faite de zenmai et d'une plume de poule.


Je décidai de faire l'impasse sur le premier kilomètre de ce ruisseau pour monter à proximité de l'endroit où tous les ans je déjeune à l'occasion de l'ouverture, le secteur où le ruisseau coule dans la partie la plus étroite de sa vallée où j'espérai être quelque peu abrité du vent glacial qui balayait la région depuis plusieurs jours. 


Comme l'année dernière la pêche ne fût pas facile, je tentai tous les postes où j'ai déjà pris des truites dans le passé sans obtenir le résultat escompté et c'est finalement dans un virage où je n'ai jamais vu ni attrapé une truite que mon lancer fût couronné de succès. 



Cette truite repartie dans son élément je rangeai ma ligne sur sa bobine et repliai ma canne, il était déjà midi et l'heure était venue du traditionnel déjeuner d'ouverture. Le vent était toujours très présent mais le ciel s'était dégagé, c'était le bon moment pour des ramen et une bonne bière!


Je redescendais ensuite le ruisseau sans voir personne ni même entendre le moindre bruit que celui du vent. Depuis cette matinée d'ouverture la météo a été constamment mauvaise, les ruisseaux ont repris leur teinte hivernale et je ne suis pas allé à la pêche.











dimanche 11 février 2018

Interview de Adam Trahan

Dans mon expérience du tenkara, j'ai eu la chance de rencontrer certains des enseignants les plus éminents du Japon et aussi une poignée des meilleurs ambassadeurs d'occident. Adam Trahan a fait depuis plusieurs années un excellent travail en étudiant les différents styles de tenkara et il a fait un excellent travail en partageant ses connaissances à travers son forum Tenkara Fisher qui est maintenant devenu un blog.
Je le connais depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux et j'ai toujours apprécié son point de vue sur le tenkara, c'est donc un grand plaisir pour moi aujourd'hui de publier son interview sur mes propres blogs.


Christophe: Bonjour Adam! Beaucoup de gens dans la communauté tenkara te connaissent parce ce que tu as créé le forum Tenkara-Fisher qui était l'un des tout premiers sites occidentaux dédiés au tenkara mais comme dans tout l'univers virtuel d'internet, très peu d'entre nous t'ont rencontré dans la vie réelle. Peux-tu s'il te plaît te présenter aux lecteurs?

Adam: J'ai commencé à pêcher enfant, mon grand-père, qui n'aimait pas pêcher, m'a appris avec une canne au coup. Il savait qu'un jeune garçon devait savoir pêcher. C'est la raison pour laquelle je regarde la pêche avec une vision pragmatique. J'ai pêché toute ma vie en faisant beaucoup d'autres sports passionnants en ayant un parcours intéressant et intense.

En 1995, deux choses sont arrivées qui allait changer le cours de ma vie. J'ai arrêté le vol libre et j'ai commencé à créer un site internet sur la pêche à la mouche. J'ai utilisé mon amour de la pêche dans les petits ruisseaux pour ignorer l'appel du ciel. J'ai plongé dans la création du meilleur site web sur ce type de pêche avec l'aide de nombreux grands pêcheurs. Mon désir d'aider le développement du tenkara vient de ce même désir.




Christophe: J'ai découvert le tenkara à travers les vidéos de Masami Sakakibara diffusées sur Youtube et c'était une sorte de révélation. Je me suis vite rendu compte que le tenkara était exactement la technique de pêche qui était vraiment ce que je recherchais. Comment as-tu découvert le tenkara et quelle a été ta réaction alors?

Adam: Je connaissais le tenkara bien avant la plupart des gens en Amérique mais ce n'est pas alors que j'ai découvert le tenkara. A peu près au même moment où j'ai commencé à écrire mon site web sur la pêche à la mouche des petits cours d'eau, Yoshikazu Fujioka a commencé à faire son site internet. Lui et moi avons commencé notre amitié en ligne alors. Fujioka-san est un pêcheur à la mouche qui pratique aussi le tenkara mais son site a commencé avec la pêche à la mouche de ses petits ruisseaux préférés.

J'ai appris la pêche à la mouche étant enfant d'environ 10 ans, c'était vraiment simple pour moi, pas aussi simple que le tenkara d'aujourd'hui, simple en ce sens qu'on ne m'a pas appris à lancer une ligne. Je n'ai pas reçu d'instruction alors j'ai juste saisi la ligne dans ma main et pêché avec la ligne à peu près aussi longue que la tige. Cette approche pragmatique de la pêche est la façon dont j'ai appris à pêcher à la mouche en tant que jeune garçon.

Quand j'ai arrêté le deltaplane, j'ai appris en tant qu'adulte tous les aspects de la pêche à la mouche, pour vraiment exploiter la performance d'une canne à mouche. J'ai appris l'entomologie, l'histoire de la pêche à la mouche, sur les cannes à mouche en bambou, mais je me suis concentré sur les petits cours d'eau comme le faisait Fujioka-san.

En 2009, j'étais investi dans la fabrication de cannes à mouche en bambou. J'ai appris de certains des meilleurs fabricants modernes à travers un autre site web que j'ai créé, www.grassart.net. Je cherchais une recette pour une longue tige que je pourrais créer pour pêcher comme je l'ai fait quand j'étais un enfant. Tom Smithwick, un fabricant de cannes à mouche en bambou, m'a suggéré de contacter Daniel Galhardo. Il vendait des cannes de tenkara. Alors je l'ai appelé et il m'a proposé la canne Ebisu.

J'ai découvert Masami et Ishigaki-sensei par Daniel mais dans ma propre recherche en ligne, j'ai découvert Kazuya Shimoda. Il est un pêcheur de genryu tenkara et il a produit beaucoup de vidéos sur le tenkara. Alors j'ai commencé à le suivre alors que Daniel introduisait le tenkara à l'extérieur du Japon.
Je connaissais le tenkara, le genryu et le sawanobori il y a 23 ans mais ce n'est que lorsque j'ai eu ma propre canne que j'ai compris la performance d'une canne tenkara à courte portée.

Christophe: Tu as voyagé au Japon pour rencontrer Masami Sakakibara et Yuzo Sebata ainsi que leur propre «tribu tenkara»; penses-tu que ces voyages t'ont influencé dans votre expérience de tenkara? Pensez-vous que les gens dans les pays occidentaux seront un jour capables d'atteindre un tel niveau d'implication dans leur propre communauté de tenkara? Et aussi une compréhension profonde de ce que peut être le tenkara pour certaines personnes telles que Masami Sakakibara, Yuzo Sebata, Hisao Ishigaki et la génération qui les suit. De ma propre expérience, je pense qu'elle n'existera que sur une très petite échelle réunissant seulement les pêcheurs tenkara les plus passionnés qui ne sauteront pas dans le train de la prochaine mode dans le monde de la pêche à la mouche.

Adam: Pour répondre rapidement à ta question mais avec sens, j'apprends plus sur les Japonais et leur culture que tout au long de mon voyage au Japon. Pour moi, le Japon et les pêcheurs au tenkara de là-bas seront toujours une partie de mon tenkara. Avec tout le respect dû à tous mes amis et connaissances, le tenkara est maintenant connu hors du Japon et la même passion peut être trouvée en France, en Italie, en Amérique ou en Afrique du Sud. Il y a aussi bien d'autres pays, des ambassadeurs passionnés. Le tenkara se développe à l'extérieur du Japon avec l'aide de beaucoup de gens autour du globe.


Etudiant le tenkara avec Masami Sakakibara
Christophe:Comme toi je suis aussi un minimaliste et cela ne fait pas que rendre mon tenkara meilleur, cela permet aussi de transporter d'autres matériels tels qu'un réchaud, un appareil photo reflex, une bouteille de bonne bière. Cet équipement est utile pour préparer une pause déjeuner et prendre des photos d'animaux, de champignons, etc. Quel est le matériel en dehors de celui utile à la pêche que tu transportes lors d'une sortie de pêche au tenkara?

Adam: Il y a plusieurs "types" de sorties de pêche tenkara que je fais.

Il est important de se rappeler que le tenkara, pas la méthode de pêche, mais le regard sur pourquoi tenkara est si attrayant, cette approche simple, le minimalisme fonctionne dans de nombreux domaines différents de la vie. Parce que je vis dans une ville, les zones où je pêche sont diverses et les types de voyages que je prends sont également variés. Pour pêcher les étangs locaux pendant l'hiver dans ma ville, je prends seulement mon équipement de pêche.

Lorsque je me rends en voiture sur les rivières de notre état, si je fais une excursion d'une journée, je prends souvent mon équipement de pêche seulement si je ne pêche que moins de deux milles ou moins de cours d'eau. Je pourrais prendre une bouteille en plastique pour l'eau et un couteau.

Pour une excursion d'une journée, je pourrais prendre un sac à dos ou un sac en bandoulière (un Zimmerbuilt) et dans ce cas, je pourrais prendre un poêle, une gamelle de cuisine, une bouteille d'eau recyclée, des ramen, une pochette de matériel de secours et ma bouteille de sake.

Pour un voyage comprenant une nuit en camping, je prendrai ma tente de style pyramide avec son filet, un matelas de nuit efficace, mon duvet, des repas déshydratés, une cuisinière ou un grill léger, une petite scie pliante, un léger "évier" pour nettoyer et éteindre le feu, une micro table, une petite lampe frontale, quelques effets personnels ainsi qu'une veste à duvet.


Lorsque je voyage en avion vers une destination, mon équipement n'est pas le même que mon équipement de camping. Je ne veux pas apparaître comme un campeur dans ma ville de destination. J'utilise des équipements conçus pour de multiples usages. J'utilise un sac à dos qui n'a pas de poches extérieures, il est facile de le fourrer dans un bac à bagages ou sous un siège. Il fait la taille maximum autorisée par les compagnie aériennes, je n'ai ainsi pas à vérifier mes bagages. Donc, mon sac à dos est pratique pour les compagnies aériennes en ce qu'il a des poignées de chaque côté et les bretelles sont confortables et escamotables. Mes pantalons ont une finition hydrofuge durable et ne retiennent pas l'eau ou les odeurs. J'utilise de la laine mérinos, des vêtements performants qui peuvent passer quelques jours sans avoir l'air sales ou froissés. Si je fais du camping, j'utilise une tente, un matelas et un duvet, les mêmes équipements pour manger. Mon équipement de tenkara change une fois que je monte dans un avion, j'utilise des cannes très compactes pour que je puisse les mettre dans mon sac et ne plus y penser jusqu'à ce que je pêche.



Christophe: Dans ton expérience du tenkara, tu as testé beaucoup d'équipement comme certains d'entre nous ont aussi; penses-tu que cela t'a apporté ce que tu cherchais? Quel est aujourd'hui ton matériel de tenkara favori?


Adam: Pendant un certain temps, je me suis donné pour objectif d'apprendre le style des différents experts du tenkara en utilisant leurs cannes et en les utilisant comme ils le font. Les cannes de Masami Sakakibara, Hisao Ishigaki et Yuzo Sebata.
Mes "cannes de travail" sont les Ito de Tenkara USA, et la Sato que j'utilise beaucoup. La Rhodo est une canne pour les petits espaces, c'est une canne très bien pensée. Je les utilise parce que ce sont des cannes créées par un ami et de la compagnie avec laquelle j'ai appris le tenkara. Ce sont aussi les cannes que je suggère aux nouveaux pêcheurs au tenkara.

Parfois, j'utilise ma Sakura Sekirei car elle existe depuis longtemps et c'est ma première canne japonaise et elle est d'excellente qualité. J'aime vraiment cette canne.


Christophe: J'ai lu tes récits de pêche sur ton blog et je n'avais pas imaginé que l'Arizona avait ces belles prairies de montagne et des forêts aussi étendues, à quoi ressemble la pêche Tenkara en Arizona?

Adam:L'Arizona est étiqueté comme un désert. Le Grand Canyon, les westerns spaghetti, les médias associent l'Arizona aux cactus et aux déserts. Le fait est qu'en Arizona, nous avons des montagnes et de la neige! Notre plus haute montagne culmine à  près de 4000 mètres et nous avons plusieurs chaînes de montagnes au-dessus de 2000 mètres et une grande partie de l'état a une altitude supérieure à 1500 mètres  ce qui correspond à l'altitude qui permet l'existence de cours d'eau froide. Nous avons la plus grande forêt de pins ponderosa du pays! Nos forêts sont variées, épinettes bleues, trembles, arbres de toute sortes et nous avons même une rivière mondialement célèbre pour la pêche à la mouche qui a sculpté des canyons à travers la roche solide, Lees Ferry du Marble Canyon, partie du complexe du Grand Canyon du Colorado!

Certains de mes ruisseaux alpins préférés sont dans les prés d'altitude. Ces vallées de haute montagne à fond plat favorisent la formation de minuscules ruisseaux qui serpentent lentement en méandres. Parfois ils changent complètement de cap au cours d'une saison. Ces cours d'eau n'ont que quelques pieds de largeur et très peu de profondeur. De l'herbe haute entoure ces ruisseaux. Ces cours d'eau traversent des zones ouvertes et se réduisent dans la partie de la vallée la plus escarpée, ils descendent dans ces vallées puis s'élargissent à nouveau.

Généralement, ces cours d'eau abritent des truites (saumons de fontaine et fario) qui ont été implantées il y a longtemps. Les instances de la pêche modifient souvent la population de salmonidés d'un cours d'eau pour répondre aux besoins de leurs études. Dernièrement, il y a eu des efforts pour faire croître la population de nos espèces indigènes, les truites Apache et Gila, qui ne sont pas mes préférées. Mon favori étant l'omble de fontaine, la raison étant qu'il refuse de vivre dans des endroits laids.


Oak Creek, l'un de mes favoris est géré comme une pêcherie à la truite arc-en-ciel. C'est un cours d'eau que je pêche depuis environ 50 ans. Il traverse Sedona, pays de roche rouge et je peux y arriver en environ une heure et demie de voiture. S'il fait 46 degrés à Phoenix où je vis, je peux y monter avant que le soleil se lève et profiter d'une température d'environ 10 degrés au fond du canyon, y pêcher des fario sauvages mesurant jusqu'à 50 centimètres et puis rentrer à la maison en début d'après-midi . Je fais cela quelques fois au cours de l'année, c'est l'un de mes ruisseaux préférés et si j'attrape des fario, je vais bien. J'ai aidé beaucoup de gens à passer au niveau supérieur dans leur pêche en leur montrant le côté doux et généreux de Oak Creek.

Il y a 20 ans, j'ai traversé une décennie d'exploration des ruisseaux de haute montagne ce qui a nécessité de longs trajets puis de longues randonnées. Des ruisseaux secrets qui n'étaient pas si secrets pour le snob de la pêche à la mouche que j'étais, sachant que je détenais la clé pour devenir un expert. C'est tellement marrant de pêcher maintenant les étangs de Phoenix en hiver! Parfois ces foutus poissons m'ont vaincu! Je conduis une dizaine de minutes une ou deux fois par semaine et je traque ces truites d'élevage, dont certaines sont très grosses. J'aime pêcher maintenant, plus que jamais et je ne suis pas hostile à aller pêcher avec un bon ami ou enseigner à un nouveau pêcheur.

L'Arizona offre de merveilleuses opportunités de pêche toute l'année. L'eau froide, l'eau chaude, à 3 heures et demies de route vers le Sud nous avons la mer de Cortez, une opportunité de pêche en mer de classe mondiale. Nous avons de la pêche, il suffit de consacrer un peu de temps à la conduite pour le réaliser. Nous avons même une rivière mondialement connue qui sculpte des canyons à travers la roche solide, le Grand Canyon!



Christophe: As-tu l'intention de voyager vers d'autres destinations que le Japon à l'avenir dans ton expérience du tenkara? Je sais que tu es un amateur de vin, surtout de Bourgogne, alors peut-être aimerais-tu découvrir la France pour ses truites et bien sûr la gastronomie? Ou peut-être l'Italie et les gens qui gardent l'héritage du style de pêche valsesiana vivant?

Adam: Oui.

Je suis allé au Japon trois fois jusqu'à maintenant, deux fois pour la pêche, mes fonds sont limités pour voyager et un grand voyage comme celui-ci demande des années de préparation pour moi. J'ai prévu de revenir mais pas comme je l'ai fait dans le passé. Je veux vraiment rendre visite à Yoshikazu Fujioka et Yoshida Takashi et passer par son école en tant que débutant. Il est responsable du fait que beaucoup de gens qui apprennent le tenkara au Japon et sa voix est largement absente ici.
La même chose avec Kazuya Shimoda, j'aimerais vraiment lui rendre visite aussi. J'adore visiter le Japon mais c'est difficile car j'ai des amis partout et je veux avoir l'expérience de visiter un grand cercle d'amis, pas seulement les mêmes encore et encore. En toute déférence, j'aime l'aspect communautaire, j'aime visiter mes amis et pas seulement un groupe . Mon style de tenkara japonais n'est pas limité à un groupe, c'est une communauté, un large éventail de styles m'a influencé, pas seulement un groupe.

J'ai été invité à aller en Afrique du Sud pour parler à un vieux club quand je pêchais de petits ruisseaux avec une canne à mouche. Je m'en veux de ne pas à avoir répondu à cette offre. Je veux aller plus que quiconque en Afrique du Sud . La qualité des cours d'eau y est exceptionnelle, la communauté de la pêche est ancienne, concentrée et passionnée. J'ai des amis là-bas et j'ai aidé à faire démarrer le tenkara dans ce pays. J'irai un jour pour la pêche et le tourisme. Je vais le faire, j'ai raté ma première chance mais je vais le faire.

Je fais attention à ton approche à propos d'une visite en France. C'est ainsi que mes voyages commencent, avec une mention dans une conversation, que l'étincelle se développe dans un feu qui brûle chaud à l'intérieur de moi. Oui, tu sais que j'aime les vins Jadot et oui, je veux visiter la France et ses villages de montagne où beaucoup de rêves dans les sports extrêmes sont réalisés par des athlètes extrêmes. C'est ma cible pour la prochaine aventure. Est ce que tu m'invites?

Christophe: Bien sûr que c'est une invitation! Le tenkara s'est répandu en occident depuis 2009 et maintenant il y a des pêcheurs au tenkara dans des endroits vraiment inattendus comme le Brésil, l'Iran, Israël, le Maroc, l'Afrique du Sud (et beaucoup d'autres) mais le tenkara reste un sujet de controverse dans la galaxie de la pêche à la mouche. Quelle est ton idée du développement de tenkara dans le futur?

Adam: Bonne question Christophe. 

Comme tu le sais, j'aime faire des interviews comme vous. Je les crée tout autant pour moi-même, pour apprendre de mon sujet que pour les gens qui les lisent.
En 2012, j'ai interviewé Masami Sakakibara comme je t'ai interviewé en 2015. Je pose des questions sur des sujets sur lesquels je veux apprendre quelque chose et les partage avec qui veut apprendre avec moi. J'ai demandé à Masami quelle est sa définition du tenkara et il a répondu par ce qui suit:

Masami Tenkarano-oni Sakakibara: Je pense que le tenkara est la pêche dans les beaux torrents de montagne du Japon, pour nos belles truites indigènes qui les habitent. Pourtant, aujourd'hui, le tenkara semble s'étendre aux États-Unis, en Europe et plus encore. Je suis sûr qu'ils ont aussi de belles rivières et ruisseaux, avec de belles truites ou d'autres poissons qui les habitent. Ainsi, une fois que le tenkara a quitté le Japon, ou qu'il entre dans un autre pays et une autre culture, les gens qui prennent une canne tenkara ont le droit et l'obligation de décider ce que Tenkara est pour eux. Ce n'est certainement pas à moi de décider.


Je suis un Américain vivant dans la partie sud-ouest des États-Unis. Bien que je voyage au Japon et que je pratique le tenkara, que j'appelle la pêche à la mouche de style japonais par respect pour les Japonais et leur contribution à la pêche à la mouche, je ne suis pas authentique.

À moins de vivre au Japon et de pêcher dans ses rivières avec une canne, une ligne et une mouche, je le fais à ma façon. C'est ce que j'aime à propos de Tenkara, c'est une forme simple mais efficace de pêche à la mouche. C'est aussi pourquoi je dis que "Tenkara est facile à apprendre, difficile à maîtriser et la pêche à la mouche est difficile à apprendre, facile à maîtriser."

Le tenkara vit en dehors du Japon.

Le consumérisme fait partie de la société japonaise et américaine. Le marketing fait partie de la communauté de pêche tenkara. Pour mon exemple, j'ai appris le tenkara par le biais de Tenkara USA. Cette nouvelle forme de pêche s'intègre parfaitement dans l'évolution de ma pêche. En tant que pêcheur, je m'intéressais déjà à la méthode que Yvon Chouinard a popularisée maintenant, la «pêche à la mouche simple» et j'en ai parlé longtemps avant la commercialisation qu'ont utilisée Yvon et Patagonia pour commercialiser leurs cannes. Cette pêche à la mouche simple était ce que je faisais sur les petits ruisseaux seulement, pas dans l'océan et certainement pas sur les queues de bassins.

Daniel Galhardo est une personne gentille et douce et ses techniques de marketing sont étrangement brillantes. Il vous montre à sa manière ce qu'est le tenkara avec un approche douce et une esthétique qui est ce que je veux dans ma pêche. Il éduque également les pêcheurs sur le tenkara à travers les voix des pêcheurs japonais qui aiment partager leurs méthodes. Le comportement de Daniel dans le partage de tenkara est d'être gentil, courtois et il crée une communauté parfaite pour apprendre le tenkara.
Récemment, j'ai expérimenté la colère à propos du marketing tenkara et si j'étais méchant ou colérique, je l'exposerais ici mais je ne le suis pas. Je sais que j'ai tendance à trop penser et que je suis humain et que je fais souvent des erreurs. Donc, je ne vais pas écrire sur ce que je pense est faux, je vais rester centré sur ce qui est juste.

A moins que vous ne soyez Japonais, en pratiquant le tenkara avec une canne, une ligne et une mouche, en attrapant du poisson et en le vendant, vous ne faites pas de tenkara authentique. D'après ce que j'ai compris des pêcheurs japonais, des journalistes, des amateurs, des livres et des médias, c'est là que le tenkara a été défini. Après, cela est une interprétation, même au Japon. Au Japon, la communauté tenkara est une petite partie de l'ensemble de la pêche à la mouche. Dans la communauté de pêche japonaise, il y a une influence occidentale tout comme il y a une influence japonaise sur le tenkara tel qu'il est pratiqué en dehors du Japon.

Quand une personne prend une canne de tenkara, une ligne et une mouche à l'extérieur du Japon, c'est à elle de décider la façon de la pratiquer, de personne d'autre. C'est un choix. Mon choix est à ma façon, en tant qu'américain, de partager et de soutenir tenkara à la manière que vous lisez ici. C'est votre choix de le faire à votre guise. C'est votre décision d'obtenir des informations, c'est votre décision sur la façon de la pratiquer. Je ne veux en aucun cas placer ma propre "touche" sur le tenkara. C'est pourquoi j'ai arrêté de pêcher à la mouche, je ne voulais pas que le tenkara soit une «pêche à la mouche simple» pour moi, et c'est ce que c'est pour certains et je respecte cela. Pour moi, le tenkara c'est un ruisseau de montagne pour pêcher la truite, je l'utilise également pour les eaux tranquilles pour la truite et dans les villes et les zones désertiques. Je l'utilise pour la truite en saison et le crapet hors saison.
C'est le tenkara que je pratique. D'après ce que je comprends, après avoir voyagé au Japon, interviewé des pêcheurs de tenkara de tout le Japon, pas seulement d'une région, j'en ai une bonne version et j'ai développé ma propre pratique à partir de cette méthode d'auto-enseignement. Je fais la promotion de Tenkara USA comme équipement et éducation pour les personnes que j'enseigne car dès le premier jour, Daniel Galhardo a bien compris. Ses méthodes ont créé une communauté très gentille et douce que je trouve attrayante. Si quelqu'un veut une canne japonaise, je vais l'aider avec une Sakura, l'ancien magasin de pêche et la marque qui a soutenu le tenkara au Japon dès le premier jour. Ils m'ont choisi pour les aider à promouvoir leur métier hors du Japon. Les cannes Sakura sont l'une des plus anciennes marques de tenkara au Japon et je suis fier d'en faire partie en tant qu'ambassadeur de cette marque. J'ai vendu à de nombreuses personnes ayant adopté le tenkara depuis 2010 leur première canne japonaise.
Si quelqu'un veut une autre canne de tenkara japonaise, je suggère qu'ils visitent Keiichi Okushi de Tenkaraya. Il est un pêcheur de longue date  et connaît tout l'équipement et les techniques du Japon. Il s'est approché de moi pour l'aider dans son magasin et cela a été un des points forts de  mon expérience du tenkara. Cela et obtenir ma première tige de Tenkara USA, rencontrer de nombreux enseignants japonais et être invité à pêcher de nombreuses régions montagneuses du Japon.

Donc mon idée du développement du tenkara dans le futur n'a pas changé depuis le premier jour parce que le tenkara au Japon a très peu changé. Mais une fois que le tenkara a quitté le Japon, comme l'a dit Masami, c'est à la personne qui le pratique de le faire à sa guise.

Avec l'aide des ambassadeurs de tenkara comme toi, Isaac Tait et d'autres personnes  que j'ai mentionné précédemment, le tenkara vivra comme une manière douce d'explorer les eaux que nous apprécions. Il y a beaucoup d'autres qui promeuvent le tenkara qui sont gentils et courtois, ils sont trop nombreux pour mettre dans cette interview qui est déjà très longue.

A la pêche avec Nahuji-san, un grand maître de la pêche à la mouche

Christophe
: Merci beaucoup Adam de partager tes points de vue très intéressants sur tout ce qui concerne le tenkara; tu es l'un des ambassadeurs les plus passionnés du tenkara. Je te laisse la liberté de conclure cette interview comme il te plaît.

Adam: Le plaisir est pour moi Christophe. Si tu décides de visiter ma région, tu seras le bienvenu chez moi. Je veux que tu saches que j'ai apprécié ta participation au tenkara dans les médias sociaux et sur internet depuis que vous avez commencé à le faire. Vous êtes une âme aimable, le monde en général a besoin de plus de gens comme toi.

En ce qui concerne le tenkara, il y a quelques bonnes façons d'améliorer votre tenkara et d'avoir du plaisir à le faire. Se rendre à l'une des écoles de l'Oni organisée par John Vetterli serait un bon moyen d'entrer en contact avec Masami Sakakibara, un expert japonais du tenkara. Son instruction va absolument améliorer votre tenkara. Le sommet de Tenkara USA est un grand événement, à la manière des sommets tenkara japonais, avec des experts américains du tenkara. Le sommet de Tenkara USA est un événement super amusant.
Christophe, merci pour votre dévouement et votre gentillesse d'aider les pêcheurs à apprendre et à partager le tenkara, tu es mon ami un des meilleurs pour le faire.


Je vous invite à lire le blog d'Adam qui s'appelle tout simplement Tenkara Fisher car c'est une excellente publication très riche en informations et je pense que vous apprécierez la sincérité et la passion palpables dans les écrits de l'auteur. 















dimanche 7 janvier 2018

Les pêcheurs au tenkara et leur sac Zimmerbuilt



Rob Gonzalez:

J'ai eu le plaisir de rencontrer Chris Zimmer de Zimmerbuilt au Summit Tenkara USA de 2014 à Boulder, Colorado. J'avais lu en ligne à propos de sa ligne spécifique de packs de tenkara et tenais à les voir en personne. Les matériaux de haute technologie et la fabrication artisanale sont immédiatement perceptibles comme de haute qualité dans son équipement. Au fil du temps, j'ai acquis plusieurs pièces Zimmerbuilt en commençant par le Quickdraw et le Micro Pack que je laisse prêts dans ma voiture pour ces moments impromptus où vous avez l'occasion de vous évader pendant quelques minutes.

Il contient juste la bonne quantité d'équipement dans un petit sac qui peut être porté à la ceinture ou en bandoulière. Quand j'ai commencé à faire des démonstrations de tenkara dans des clubs locaux de pêche à la mouche (GRTU TroutFest, IFFF Expo, REI, etc.) j'avais besoin d'un moyen de transporter plus de cannes, lignes, boîtes à mouches, brochures, autocollants, etc. Le Sling pack est un bon sac pour emporter plus de matériel pour vous mêmes ou vos clients pour des sorties plus importantes et j'aime qu'il puisse intégrer un pack d'hydratation, alors j'ai ajouté un petit CamelBak qui s'attache à une boucle à l'intérieur du pack. C'était aussi la première fois que je contactais Chris pour voir s'il pouvait personnaliser le pack en ajoutant un manchon porte canne amovible sur l'extérieur du sac pour me permettre de porter une canne à mouche conventionnelle si je le voulais. Parfois, le Guide Pack était trop grand pour mes besoins, mais le Quickdraw et le Micro Pack étaient trop petits.

Récemment, j'ai demandé à Chris s'il aimerait essayer une idée que j'avais d'un Double Quickdraw  avec une sangle de transport plus robuste pour être porté en bandoulière ou à la ceinture avec un système d'ancrage au centre pour permettre d'ajouter un Strap Pack. J'avais acheté le Strap Pack il y a quelques temps et je l'avais utilisé assez récemment comme un système léger avec tout mon équipement et mes outils,  la seule chose qui me limitait était de ne pas pouvoir emporter plus de cannes. Ce Double Quickdraw me permet de transporter une ou deux tiges supplémentaires ainsi que le plus grand Strap Pack qui transporte facilement des boîtes à mouches légèrement plus grandes (deux boîtes Tacky Day étant mes préférées) ainsi que quelques lignes et bobines de fil, ainsi que mes forceps et coupe-fil. Bien que je n'ai pas encore eu l'occasion de pêcher avec ce nouveau Double Quickdraw, il est très confortable et représente un compromis parfait entre le Quick Draw minimaliste et le Guide Sling pack. Je pense que ça va être le sac parfait pour moi quand j'ai seulement besoin de porter l'essentiel pour une journée au bord de l'eau, mais je peux choisir entre différentes cannes et/ou boîtes à mouches.

Et n'oubliez pas le Sling Lite, une version plus petite du Guide Sling, comme une autre option. Les produits Zimmerbuilt de Chris Zimmer sont des articles de qualité, durables et faits à la main à bon prix! Si je faisais encore de la randonnée, je considérerais certainement certains de ses plus gros packs de tenkara comme le DeadDrift ou le TailWater ou ses nombreux autres packs conventionnels plus grands!

              

Rob est l'administrateur du groupe Tenkara Texas sur facebook 

Adam Klags:

Zimmerbuilt propose certains des meilleurs sacs pour les pêcheurs au Tenkara en ce moment - j'ai utilisé mon Tenkara guide sling pendant de nombreuses saisons, et j'ai vu quelques-uns des autres packs qu'il propose, qui sont également disponibles avec des fonctionnalités spécifiques à notre sport.


Des poches spécialement dédiées au transport des cannes tenkara à l'extérieur, des tissus imperméables et durables et des fixations permettant l'ajout de poches supplémentaires... ainsi qu'une tonne de commodités pour le pêcheur au tenkara sont quelques-unes des raisons d'envisager l'achat d'un Zimmerbuilt.

Il y a quelques choses que j'aime chez Zimmerbuilt qui rendent ces packs et slings plus utiles que d'autres packs de pêche grand public. Pour commencer, il y a le design - ces packs sont vraiment conçus pour notre sport et pour transporter des cannes tenkara. La plupart des packs de pêche sont conçus pour contenir dans le meilleur des cas un tube de canne à pêche ... il est donc agréable d'avoir des poches et des boucles dédiées pour transporter les cannes tenkara qui sont montées et prêtes à l'emploi.
Le Tenkara Guide Sling a un autre avantage majeur en terme de design. Il s'agit du seul sac que j'ai trouvé dans l'industrie de la pêche qui soit conçu pour les pêcheurs droitiers! D'une façon ou d'une autre, la plupart des autres sacs à bandoulière sont conçus pour reposer sur votre épaule droite limitant ainsi votre lancer, et laissant le mauvais bras, le gauche, inutilisable. C'est très bien pour la minorité des gauchers... mais cela n'a pas beaucoup de sens pour les pêcheurs à la ligne. Zimmerbuilt a conçu son sac pour passer par-dessus l'épaule gauche, laissant le bras droit libre pour manipuler la canne et lancer. Bien sûr, vous pouvez toujours obtenir un pack personnalisé si vous êtes un gaucher!



La durabilité est également un atout majeur des packs Zimmerbuilt. Les matériaux utilisés peuvent résister aux mauvais traitements.... Le mien a fait plusieurs saisons de brousse à travers les conifères et les forêts serrées près des ruisseaux du nord-est. Le sac m'a suivi au Japon, en Italie et partout aux États-Unis. Il m'a bien servi partout où je l'ai pris. Les matériaux font un excellent travail en résistant à l'eau, aux déchirures, à la saleté et une utilisation sans précaution. Un autre point à mentionner avec ces packs est le poids, ou plutôt le manque de poids! On n'a pas besoin d'un sac avec des panneaux rembourrés et doublés qui peuvent absorber l'eau et lui ajouter du poids. On n'a pas besoin de sangles et de coussins épais sur un sac qui ne sert pas à porter beaucoup de poids. En outre, alors que les options de tissu sont plutôt sur des matériaux durables, on peut être confiant en sachant que ces sacs sont beaucoup plus légers que la plupart des concurrents sans perdre en durabilité. Et, pour ceux qui sont plus intéressés par l'ultra-léger sur la durabilité, Zimmerbuilt offre des options pour faire des packs de fibres de Cuben ... génial!



Bien que j'adore mon Tenkara Guide Sling, je trouve que c'est un peu trop petit pour les jours où je vais très loin dans la nature et dans les montagnes. Pour ces jours, j'ai besoin de transporter plus de matériel et des équipements plus lourds dans mon sac. Chris fabrique d'autres super packs que j'ai vus en cours d'utilisation et qui sont déjà assez populaires dans l'industrie, comme les packs Tailwater ou Dead-drift de sa gamme. J'ai choisi de tirer parti de la conception de son pack personnalisé, afin de concevoir mon propre pack et obtenir exactement les fonctionnalités que je veux. J'ai vraiment hâte de voir le résultat final à un moment donné la saison prochaine.

C'est génial d'avoir une entreprise comme Zimmerbuilt à notre disposition dans l'industrie du tenkara ... Je recommande d'essayer un de ses sacs de type pack ou sling si vous ne l'avez pas déjà fait.



Adam est l'auteur du blog "Of rock and riffle"

John Vetterli:

Je suis utilisateur de sacs Zimmerbuilt depuis 2010. Mes partenaires d'affaires Erik Ostrander et Rob Worthing et moi-même avons conçu le Guide Sling-pack. 

Les paramètres de conception étaient d'avoir un sac léger, de conception efficace, capable de transporter plusieurs cannes de tenkara, et ayant une capacité de chargement suffisante pour emmener le nécessaire à un guide et deux clients lors d'une journée de pêche. Chris Zimmer m'a confectionné un sac à dos personnalisé basé sur l'un de ses designs existants. Mon sac sur mesure a la capacité de transporter 8 cannes de tenkara, a une poche personnalisée dans le panneau de couvercle pour les petits articles et il peut recevoir un gilet de pêche Patagonia directement sur les bretelles et le corps du sac. J'utilise aussi un petit chest pack personnalisé pour ma pêche au tenkara.



Un autre sac que j'ai conçu est un sac à bottes fabriqué à partir de maille et de tissu ultra-léger dyneema. Le sac est utilisé pour accrocher des chaussures de randonnée boueuses et/ou mouillées ou des chaussures de wading sur mon système de suspension de hamac de camping. Les bottes sont au dessus le sol et peuvent sécher tout en empêchant les créatures indésirables de se frayer un chemin à l'intérieur de mes bottes pendant la nuit.


La construction de tous mes équipements Zimmerbuilt est de qualité supérieure.

Avoir un équipement conçu sur mesure pour répondre à mes besoins précis me fournit les solutions parfaites. Mon sac à dos a voyagé au Japon, au Belize, au Costa Rica, à Porto Rico, à Virgin Gorda et partout aux États-Unis. Il a connu nombre d'abus et d'usage sérieux. Il ne montre toujours aucun signe d'usure. 


John Vetterli est membre de Tenkara Guides LLC, premier service de guide tenkara créé en dehors du Japon.


Isaac Tait:

Au cours de la dernière saison de keiryu tenkara, j'ai porté mon sac à dos Zimmerbuilt Tailwaters sur de nombreuses aventures. C'était mon fidèle compagnon alors que je m'aventurais au plus profond des montagnes du Japon non seulement pour explorer le genryū mais aussi pour attraper (et ensuite relâcher) la truite et l'omble japonais connus sous le nom de Yamame, Iwana, Amago.


Après un usage intensif, je dois dire que j'aurais du mal à trouver un meilleur sac à dos pour le genryū tenkara que le sac à dos Zimmerbuilt Tailwaters. Ce qui suit sont les raisons pour lesquelles je fais une déclaration si audacieuse.



- J'ai trouvé que la taille des paquets était parfaite pour les excursions d'une journée. Pas une seule fois je n'ai manqué de place pour le matériel que je devais porter.

- Quand il est vide, le pack Tailwaters est assez léger, moins de 250 grammes!  Il est également repliable, ce qui le rend idéal pour être rangé dans un plus grand sac pour des aventures de plusieurs jours.

- Le matériau Xpac VX07 & VX21 dont est constitué le pack Tailwaters est très résistant. Une partie de ce qui rend les voyages de pêche genryū tenkara au Japon tellement amusants est la condition préalable pour les voyages à travers le pays souvent douloureux. Plus de fois que je ne peux compter, je me suis retrouvé à faire des randonnées dans de denses buissons épineux, de bambous et de Buna (ndr: hêtre du Japon). Le sac Tailwaters a subi cette utilisation avec aplomb et même après une saison de traitement intensif, il a gardé son aspect  neuf.

- Lors de plusieurs voyages, j'ai connu de fortes pluies, je suis tombé dans des bassins profonds où j'ai été forcé de nager pour continuer en amont. Pas une seule fois le contenu de mon pack n'a pris l'eau!

- Bien sûr, je dois mentionner que le pack coûte moins de 100 $, ce qui est assez incroyable je pense.

- Enfin, Zimmerbuilt offre un excellent service client. J'ai eu un problème avec ma ceinture et ils ont répondu rapidement à mes courriels et m'ont rapidement envoyé les pièces de rechange nécessaires sans frais.



Compte tenu de tous ces attributs, je pense qu'il est sûr de dire que le sac à dos Zimmerbuilt Tailwaters est l'un des meilleurs, sinon le meilleur, sac à dos pour un pêcheur au tenkara actuellement sur le marché.

Isaac est l'auteur du blog Fallfish Tenkara.

Adam Trahan



Je vais juste être franc, je n'aime pas faire des revues d'équipement. Je ne suis pas un vendeur, j'utilise simplement ce que j'utilise.

Je n'ai pas de programme, je vais seulement vous dire ce que j'aime vraiment.

C'est cool de rassembler rassemble des gens qui sont comme moi ou je suis comme eux et nous utilisons le même équipement. Je ne connais personne qui utilise ce sac, je l'ai choisi moi-même. Mes amis utilisent la version plus grande mais je ne suis pas un grand fan de porter beaucoup de matériel dans un sac en bandoulière. Il se porte en charge asymétrique sur mon épaule. J'ai intentionnellement appris à lancer des deux mains afin d'être compétent sur les deux côtés d'une rivière ce qui m'a amené à penser à utiliser un sac en bandoulière? Eh bien, ça a juste été hors de mon radar jusqu'à mon dernier voyage au Japon où j'ai suivi de près les pêcheurs qui ont utilisé des sacs de ce type.


Adam Klagsbrun et son Zimmerbuilt Guide Sling

J'ai vu les avantages et j'ai décidé de faire un essai.

J'ai choisi le sac Zimmerbuilt Sling Lite pour ces voyages pendant lesquels j'ai besoin d'un peu plus que ce que je peux porter dans mes poches et de beaucoup moins que ce que je mets habituellement dans un sac à dos. J'ai porté le mien maintenant pendant environ 8 mois et je l'aime vraiment. Je suis très pointilleux sur mon équipement, je n'utilise pas d'équipement qui ne soit pas fonctionnel, le Sling Lite est plus que fonctionnel, il s'est se faire oublier.
Je le porte toute la journée, mon épaule n'est pas fatiguée du tout, en fait, je ne peux pas dire que je l'ai quand je lance. C'est juste là, conçu comme il se doit, pour bouger avec vous.

En règle générale, je porte un siège Thermarest Z-fold qui a plusieurs fonctions. Je l'ai mis dans le rangement principal zippé pour isoler des boissons froides ou chaudes ou des bouteilles de type thermos pour mon déjeuner. Il rembourre aussi mon dos contre les objets durs contenus dans le Sling Lite. Je porte également une petite serviette en microfibres, un bâton de randonnée/wading Mont Bell, un service à sake en titane Snow Peak si je célèbre quelque chose avec mes amis. Un poêle et un casserole et deux bouteilles de whisky «Early Times» remplies d'eau. Je ne porte pas toutes ces choses bien qu'elles fassent toutes partie du paquet, habituellement c'est une combinaison de ces articles selon qui a apporté quoi pour un déjeuner u bord de la rivière.

Le contenu de mon Sling Lite la dernière fois que je l'ai utilisé était comme suit.

Siège Therm-a-Rest Z
Bâton de randonnée/wading Mont Bell Ultra Lite
Nissin Pocket Mini V3
Veste Patagonia Houdini
Serviette en microfibres
Petit kit d'urgence
2 bouteilles de whisky Early Times réutilisées

Je peux fourrer dedans un sandwich ou un déjeuner dans un bento aussi.

Le Sling Lite est vraiment léger, confortable, non-restrictif et il a de la place pour une veste épaisse. Je n'ai pas ressenti le besoin de quelque chose de plus grand. Le Guide Sling Tenkara est plus grand, si vous voulez plus de volume. Si j'en veux plus, je porterai un sac à dos comme le sac Zimmerbuilt Tailwater.

Mon propre pack Zimmerbuilt Kaizen, que j'ai conçu, va avec mon Sling Lite. J'utilise aussi mon propre Tenkara USA Strap Pack, je les aime tous les deux. Quel que soit celui que j'utilise, je le porte sur mon épaule opposée au bras qui lance car il est si léger et petit, juste assez pour mes fournitures de pêche au tenkara.

Si vous êtes intéressé par un Zimmerbuilt Sling Lite ou l'un des équipements mentionnés dans cet article, sachez que je l'utilise et l'apprécie.













Adam est l'auteur du blog Tenkara Fisher.






dimanche 8 octobre 2017

Une saison de tenkara s'achève

Depuis mon retour d'Isère nous sommes entrés de plein pied dans l'été et il a rapidement pris des allures caniculaires, à tel point qu'étant donné la montée très rapide de la température de l'eau des rivières (jusqu'à 26° sur certaines) la fédération a décidé de fermer la pêche de la truite dans tous les cours d'eau dont la largeur est inférieure à deux mètres. 
Pour ma part au cours de ces trois dernières mois je ne suis allé à la  pêche que pour des sessions très courtes, une heure maximum, et toujours très tôt le matin, seul moment de la journée où les truites font preuve d'un peu d'activité.
J'ai laissé à la maison les cannes de quatre mètres et plus pour ne plus utiliser que la Nissin Royal Stage que m'a offert Fuji sensei lors de notre rencontre et également un de ses lignes tressées en fluorocarbone.


Je ne pêchai tout l'été qu'avec une seule et unique kebari qui n'est autre qu'une version "taille réduite" de ma Yamato Kebari . La plume de coq grizzly a été remplacée par une plume de faisanne et la tête est passée de brun rouille à orange fluo.



Le mois de Juillet fût excellent, les températures étaient élevées mais les conditions météo stables me permettaient d'aller à la pêche tous les matins en sachant d'avance l'état de la rivière; ce fût très différent en Août pendant lequel les orages furent nombreux.
Le mois de Septembre commença dans la pluie et les orages et fort heureusement pour les truites le niveau des rivières commença à remonter. La fermeture de la pêche pour moi s'était donc faite environ deux semaines avant la clôture officielle mais je n'avais pas de regret à avoir puisque j'avais beaucoup pratiqué pendant les mois précédents.


L'été très chaud et l'arrivée pluvieuse de l'automne a eu au moins un aspect positif: un très bon cru pour les champignons!